SOUVENIRS

 "WHEN THE SAINT

 GO

MARTINI"

 

 

 

Écoutez les Artistes......   

"Clics: bouton droit et nouvel onglet"

   LES GARS DE LA MARINE           chanté 

Paroles : HEYMAN
Musique : BOYER

Musique du film Capitaine Craddock

Quand on est matelot ,
On est toujours sur l' eau .
On visite le monde ;
C' est le métier le plus beau . ( bis )
Du pole sud au pole nord ;
Dans chaque petit port ,
Plus d' une fille blonde
Nous garde ses trésors . ( bis )
Pas besoin de pognon ,
Mais comme compensation ,
A toutes nous donnons
Not' p' tit morceau d' not ' pompom .

REFRAIN
Voilà les gars de la Marine ,
Quand on est dans les Cols Bleus ,
On a jamais froid aux yeux .
Partout , du Chili jusqu' en Chine
On les r'çoit à bras ouverts
Les vieux loups de mer, mais oui !
Quand une fille les chagrine ,
Ils se consolent avec la mer ( la mer ) .
Voilà les gars de la Marine ,
Du plus p' tit jusqu' au plus grand ,
Du moussaillon au Commandant .

Les amours d' un Col Bleu
Ca n' dure qu' un jour ou deux ,
A peine le temps de s' plaire
Et de se dire adieu . ( bis )
On a un peu de chagrin ,
Ca passe comme un grain .
Les plaisirs de la terre
C' est pas pour les marins ( bis )
Nous n' avons pas le droit
De vivre sous un toit .
Pourquoi une moitié
Quand on a le monde entier .

 

 

Fanny de Laninon

Texte de Pierre Mac Orlan   (chanté par Fanch Le Marrec)

À l'aube sur le pont Gueydon, devant l'pitit pont,

Chantait la chanson,

Le branlebas de la croisière et dans la blanche baleinière,

Jean Bouin, notre brigadier, son bonnet cap'lé, un peu su'l'côté,

Me rappelle mon bâtiment, c'était le bon temps,

Celui d'mes vingt ans.

 

Le Bidel capitaine d'armes et son cahier d'punis,

Dans la cayenne fait du charme à j'n'sais quelle souris.

Mais j'ai dans l' coeur une souffrance,

Quand le quartier-mait' clairon

Sonnait en haut d'Recouvrance

Aux filles de Laninon.

 

  La plus belle de Laninon, Fanny Kercrozon

           M'offrit un pompon.

  Un pompon de fantaisie, c'était elle ma bonne amie.

  Elle fréquentait un bistrot

  Rempli de matelots en face du dépôt.

  Quand je songe à ces plaisirs J'aime mieux m'étourdir

  Que d'm'en souvenir.

             

         Oh Fanny de Recouvrance J'aimais tes yeux malins

  Quand ton geste plein d'élégance  balançait les marsouins.

  Je n'étais pas d'la Maistrance mais j'avais d'l'atout en main

  Et tu venais m'voir le dimanche Sur le Duguay-Trouin.

 

  A c't'heure je suis retraité, Maître timonier aux Ponts-et-Chaussées.

  Je fais le service des phares et j'écoute la fanfare

  De la mer en son tourment, D'Molène à Ouessant,

  Quand souffle le vent,

  Tonnerre de Brest est tombé pas du bon côté,

  Tout s'est écroulé.

  

Dans c'qui reste de Recouvrance logerait pas un saco

Et Fanny d'ma connaissance est morte en son bistrot.

J'ai plus rien en survivance et quand je bois un coup d'trop,

Je sais que ma dernière chance s'ra d'faire un trou dans l'eau.